La crise de la cinquantaine

,
mis à jour le 26 janvier 2017
817

La crise de la cinquantaine

En raison de l’augmentation de la durée de vie et d’un départ à la retraite de plus en plus tard, l’âge de la crise de la quarantaine s’est déplacé vers 50 ans, mais il n’y a pas de différence entre les deux, les symptômes sont les mêmes.

Aussi appelée crise du milieu de vie elle se caractérise par une insatisfaction vis-à-vis de son couple, son travail, son mode de vie qui engendre colère et dépression.

C’est le moment des remises en question pour lutter contre l’ennui qui est souvent le déclencheur de la crise de la cinquantaine. On s’ennuie dans son couple ou au travail et on commence à prendre conscience que nos belles années sont derrière nous et qu’il va être très difficile de faire machine arrière.

Au travail, cela se manifeste par un profond ennui, la sensation de ne plus évoluer, que notre statut professionnel est définitif, sans perspective d’évolution de carrière et qu’il va être de plus en plus difficile de se motiver pour rester compétitif, sans compter la peur du chômage et l’angoisse d’être facilement remplacé par des gens plus jeunes. Paradoxe de notre société qui recule de plus en plus l’âge de la retraite, mais qui ne valorise absolument pas les seniors en entreprise.

crise-cinquantaine-coupleEn couple la crise de la quarantaine chez l’homme est différente que chez la femme, même si la séduction est souvent le dénominateur commun, la femme a peur de perdre son charme dans une société qui prône le jeunisme à tout prix surtout si elle a le sentiment que son conjoint ne la regarde plus comme avant.

Pour l’homme c’est le fameux démon de midi avec cette envie de séduire, souvent des conquêtes beaucoup plus jeunes pour se rassurer et se sentir à nouveau vivre après avoir passé plusieurs années à s’assagir. De plus, il s’aperçoit en regardant autour de lui qu’il est devenu ennuyeux et qu’il s’ennuie lui-même.

Si l’on parle souvent de mythe, c’est que la crise de la cinquantaine ne se manifeste pas toujours avec la même intensité, elle peut être insignifiante comme elle peut être dévastatrice.

On connaît des exemples de personnes qui ont démissionné du jour ou lendemain ou qui ont pris une femme beaucoup plus jeune, mais la plupart du temps ce sont des actes assez bénins comme des achats compulsifs.

Le mieux est d’en prendre conscience et d’en parler à son entourage pour se faire aider et comprendre pourquoi on en est arrivé là.

En parler et réfléchir est la meilleure solution, le résultat en sera bénéfique et la crise de la cinquantaine peut devenir un formidable tremplin pour aborder la deuxième moitié de sa vie et vivre une retraite sereine !

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here