L’infidélité chez les seniors

,
mis à jour le 8 janvier 2018
467

L’infidélité chez les seniors

Contrairement aux idées reçues, les jeunes n’ont pas le monopole de l’infidélité qui augmente le plus… après 55 ans !

Selon une étude de l’Institute for Families Studies : l’infidélité est en hausse après 55 ans aux États unis et la tendance serait la même pour les seniors en France. De plus en plus de couples connaissent la crise de la soixantaine, une phase qui survient au moment du départ en retraite ainsi que celui des enfants. C’est pendant cette période que l’infidélité serait la plus élevée.

Les causes de l’infidélité chez les plus de 55 ans sont multiples :

Un sursaut de la sexualité au moment de la retraite

Avec l’âge, le corps, la perception de son image et la sexualité changent. L’augmentation de l’espérance de vie et l’amélioration de la santé amènent les seniors à revendiquer le droit de vivre leur sexualité pleinement, sans tabou ni restriction.

Manque d’entretien de la relation de couple

Après de longues années de vie commune, la passion des premiers jours à tendance à s’estomper et la tentation d’aller voir ailleurs augmentent, surtout chez les femmes qui se sentent délaissées.  50% avouent tromper leur conjoint à cause d’un manque d’attention ou d’affection. Elles sont nombreuses à se tourner vers un site spécialisé dans les rencontres extraconjugales pour trouver un partenaire (lire le témoignage : j’ai 50 ans et un amant).

Baisse du désir sexuel des femmes et troubles de l’érection chez l’homme

Avec la ménopause, l’attrait pour le sexe varie d’une femme à une autre, la libido peut très bien être exacerbée et certaines femmes vivent ce tournant de leur vie comme une libération. Elles ne sont plus embarrassées par leurs règles et n’ont plus la crainte de tomber enceintes par accident.

D’autres, au contraire, ne ressentent plus l’excitation ou de désir. Elles ne sont donc plus attirées par des pratiques sexuelles, il s’agit d’une conséquence directe de la baisse de la production d’hormones d’autant plus que la chute des œstrogènes qui se produit durant la ménopause cause, chez certaines femmes, une sécheresse vaginale. Ce manque de lubrification peut rendre les rapports intimes douloureux et entraîner une baisse de libido.

Les troubles de l’érection toucheraient plus de la moitié des hommes âgés de 40 à 70 ans.

Le déficit androgénique lié à l’âge est tout à fait normale et liée au vieillissement, de la production de testostérone, cependant les troubles de l’érection sont encore trop souvent tabous et l’homme qui en souffre a parfois tendance à ne plus avoir de rapports ou à les fuir plutôt que d’expliquer qu’il a des problèmes pour obtenir ou maintenir une érection. Cette diminution de la fréquence des rapports peut être interprétée, comme un manque de désir vis-à-vis de sa partenaire et provoquer de véritables problèmes relationnels dans le couple.

L’augmentation du nombre de divorces

Certaines personnes sont si affectées par la trahison qu’elles ne peuvent plus vivre en couple, la conséquence directe de l’augmentation de l’infidélité et l’augmentation du nombre de divorces qui chez les plus de soixante ans a doublé depuis 1985 et, après 30 à 35 ans de mariage, a été multiplié par neuf en une quarantaine d’années.  L’image stable que pouvait offrir dans le passé un couple continuant de vieillir côte à côte malgré les difficultés, les disputes et les conflits n’est plus d’actualité et les seniors veulent retrouver le goût à la vie et la liberté en faisant de nouvelles rencontres, car ce sont là des attentes affectives profondes qui persistent toute la vie.

Le marché des sites de rencontres s’est d’ailleurs adapté à cette nouvelle donne sociologique comme le prouve le succès de Disons Demain, un site de rencontres dédié aux aux plus de 50 ans. Les seniors tentent également de multiplier les occasions de rencontrer quelqu’un en diversifiant leurs activités culturelles et sportives ou en voyageant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here