Petits portraits de très grandes personnes

,
mis à jour le 17 juillet 2017
269

Jeanne B un portait de Cécyl Gillet
Voici un livre tout à fait dans l’esprit de Seneoo, plein de bienveillance envers les personnes âgées.

On a tendance à oublier que Papi et Mamie n’ont pas toujours eu les cheveux blancs, et des sourcils en broussailles, ils n’ont pas toujours été dépendants dans un EHPAD. Il fut un temps où ils ont couru, ri, joué, aimé, eu des peines de cœur, ils ont même eu de l’acné.

Barbara Constantine raconte la jeunesse de 16 personnes qui ont vécu une autre époque où certains ont commencé à travailler à 11 ans, ils n’ont pas reçu de tablettes numériques à Noël, d’ailleurs les ordinateurs n’avaient pas encore été inventés, Internet non plus. Il n’y avait pas de télévision ni de téléphone, pas d’eau courante ni d’électricité partout. Pour aller à l’école, il fallait souvent marcher des kilomètres.

C’était une autre vie que les adolescents d’aujourd’hui n’arrivent pas à comprendre, pourtant il y avait une vie tout aussi passionnante et pleine de surprises, faite de rencontres et de partages, même s’il y avait la guerre et un système de santé beaucoup moins performant.

Dans ce livre, chacun raconte ses joies et ses peines…

Il y a Jeanne née en 1915 qui est restée seule chez elle jusqu’à l’âge de 97 ans avant de venir en EHPAD, pourtant elle n’a jamais trouvé le temps long. Son premier souvenir remonte au retour de son père après la guerre, elle avait 4 ans…

Et puis Jean qui a été chauffeur routier puis maçon, avant de s’installer dans une épicerie avec sa femme. À l’époque il sillonnait les routes de villages en villages pour rendre service, un travail qu’il aimait et qu’il a eu du mal à abandonner à la retraite.
Depuis il est veuf, il trouve que les gens ont changé, les gens ne s’aiment pas comme avant, il ne comprend pas cette génération Kleenex…

Ou encore Gilberte qui a eu 4 amours, ses chèvres, son fromage, son mari et son fils. Elle a eu une vie heureuse à la campagne, entre ses chèvres et ses champs que son mari labourait, ils n’étaient pas riche, mais cela suffisait à leur bonheur. Une vie simple comme des milliers de personnes à l’époque.

Petits portraits de très Grandes Personnes de Barbara Constantine

Les textes sont illustrés par des portraits de Cécyl Gillet qui apportent à ce livre beaucoup de poésie.

Voilà une excellente idée de cadeaux pour la fête des grands-mères (dimanche 5 mars).

Petits portraits de très Grandes Personnes
Barbara Constantine, Cécyl Gillet aux éditions Calmann Lévy
Vous pouvez le trouver dans certaines libraires et sur Amazon.

2 COMMENTAIRES

  1. C’est son dernier ? J’ai déjà lu tous ses livres, je l’adore, Tom, Tom petit homme, Clara, etc, c’est du bonheur à l’état pur. Quand tu finis le bouquin, t’as envie d’embrasser tout le monde !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here