Que faire avec des poils blancs

,
mis à jour le 30 mai 2017
4597

Que faire avec des poils blanc sur le pubisL’apparition des premiers cheveux gris, nous y étions préparées et nous pouvions toujours nous tourner vers une coloration, mais voir pousser nos premiers poils blancs sur le pubis, c’est beaucoup plus déstabilisant ! A plus forte raison qu’il est assez rare que les magazines en parlent, cela reste un sujet tabou !

Il est d’ailleurs difficile de trouver des instituts de beauté ou des esthéticiennes qui s’occupent de la coloration de nos poils.

On se retrouve seule dans la salle de bain à se demander ce que l’on va faire. Quand il n’y en a qu’un ou deux, la solution est simple, on les arrache avec une pince à épiler, mais que faire quand c’est une zone entière ?

La coloration

Sachez qu’il existe des kits de coloration pubienne, qui sont adaptés à cette zone. Ils se déclinent en plusieurs couleurs, du blond, du châtain, du roux et même des couleurs plus flashy.

Vérifiez bien que le produit n’est pas corrosif et que vous n’êtes pas allergique, surtout si vous devez en appliquer près des lèvres. Commencez par une petite zone en haut de votre pubis et attendez quelques jours avant de vous occuper d’une zone plus large.

Choisissez une couleur la plus proche possible de votre couleur naturelle, vos poils pubiens sont en général plus sombre que les cheveux, si vous utilisez une teinture classique pour les cheveux, choisissez une teinte plus sombre d’une ou deux nuances.

L’opération est à renouveler assez régulièrement en fonction de votre pilosité.

De nombreuses femmes profitent du moment de se faire une couleur pour rajouter un peu de teinture sur leur pubis, l’inconvénient est le temps de pose qui vous oblige à rester dans une position assez inconfortable…

C’est un rituel de plus à ajouter si l’on veut rester dans les standards de beauté, le plus simple est d’assumer ses poils blancs, si votre mari rencontre le même problème vous n’avez pas à vous en soucier, mais c’est plus délicat pour celles qui recherchent un nouveau partenaire, ou qui pratiquent le naturisme.

L’épilation

On peut jouer avec différentes formes d’épilation, un ticket de métro ou un brésilien peut suffire, surtout si vous les coupez assez court. Vous avez l’option d’épiler les contours de vos lèvres, normalement avec ce genre de « coupe » on ne verra plus vos poils blancs.

Il reste ensuite l’épilation intégrale qui résout pas mal de problèmes, sachez que cette pratique n’est pas réservée aux jeunes, elle est assez répandue auprès des femmes de plus 55 ans.

Rassurez-vous, vous pouvez faire des essais sur cette zone sans trop de conséquences, si le résultat ne vous convient pas, ce n’est pas aussi dramatique qu’une coupe de cheveux ratée, seul votre partenaire verra le résultat… Et si c’est catastrophique, privilégiez l’humour et l’autodérision.

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. « mais c’est plus délicat pour celles qui recherchent un nouveau partenaire, ou qui pratiquent le naturisme. »

    Pour pratiquer le naturisme, je peux vous dire que les poils blancs, tout le monde s’en fiche. Le naturisme, c’est justement accepter son corps, avec les poils blancs, avec la beau qui n’est plus aussi souple et tendue que lorsqu’on avait 16 ans, avec les seins qui pointent plutôt vers la terre que vers la lune.
    On n’est pas là pour se montrer, on est là pour libérer son corps et sa tête, se libérer justement des complexes, de la peur du regard d’autrui et de son propre regard.

  2. Annie Versaire : Je confirme que tout le monde s’en fiche et que passé 65 ans de nombreuses femmes assument mais avant c’est plus délicat. A 50 ans je me teins les poils (uniquement l’été pour la plage) le reste du temps je m’en fiche. Mais quand c’est bicolor c’est assez disgracieux.

  3. C’est bien d’aborder ce sujet. Il est vrai aussi que les poils blancs apparaissent beaucoup plus tard que les cheveux, on peut avoir une chevelure argentée et une toison encore colorée. Je ne savais pas qu’il existait des produits spécifiques, je me serai sûrement tourné vers la teinture pour cheveux.

  4. Je suis un homme de 58 ans. Cela fait déjà pas mal d’année que mes poils pubiens ont viré « poivre et sel » (et de plus en plus « sel sans poivre » à vrai dire…). Je m’en porte fort bien et il ne me viendrait pas à l’idée d’essayer d’y changer quoi que ce soit !
    Je conçois que tout le monde ne réagit pas de la même manière et aussi que cette « désinvolture » est plus aisée pour un homme que pour une femme. N’empêche, je ne peux qu’encourager chacun et chacune d’avoir le maximum de liberté d’esprit vis-à-vis de ces contingences…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here